2013/12/26

Parce qu'il n'y a pas que les livres dans la vie : Beaubourg

A l'entrée de la galerie : neuf bustes en plâtre réalisés par l'artiste Wang Du (Becompddg, 2013)

Le Surréalisme et l'Objet (au Centre Pompidou jusqu'au 03 mars 2014)
Coup de chapeau à Didier Ottinger, le commissaire de l'expo, à Pascal Rodriguez, le scénographe, ainsi qu'à tous les anonymes ayant participé à l'élaboration de cette exposition consacrée à un mouvement artistique pour lequel je n'ai jamais eu beaucoup d'affinité, mais qui, cette fois-ci, m'a séduit. Toujours pas pour sa portée prétendument subversive, mais sans doute parce que la mise en scène, l'organisation de l'espace, le jeu d'ombre et de lumière... tout concoure ici à rendre esthétique cet assortiment d'objets qui n'avaient pourtant pas vocation à l'être. Sans doute aussi parce qu'il se dégage de l'ensemble une ambiance onirique de laquelle on ressort légèrement étourdi, un peu comme après une sieste en plein après-midi, ou bien comme au sortir d'une maison-hantée et visitée à bord d'un vaisseau fantôme — et c'est dire, en dépit du fatras idéologique dans lequel les surréalistes aimaient s'envelopper, la toute bête (re)plongée dans l'univers de l'enfance qui nous est ici proposée.

Du premier ready-made de Marcel Duchamp (le porte-bouteilles) aux sculptures de Miró, en passant par le téléphone-homard de Salvador Dalí, et par des œuvres de même inspiration mais plus contemporaines (Cindy Sherman, Ed Ruscha, Mona Hatoum, Philippe Mayaux...), l'exposition regroupe environ 200 œuvres réparties sur 2100m², une allée centrale et douze grandes salles, dont une entièrement dédiée à Giacometti et où nous nous sommes attardés un peu plus longuement.

A la main du Diable (d'A. Labelle-Rojoux) / La femme pain (de Salvador Dalí)
La poupée (d'Hans Bellmer) / Les photos (d'Evelyne)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire