2013/04/27

Olivier Chiacchiari : Hors-Jeu (Audio)

L'auteur : O. Chiacchiari
Fiction radiophonique interprétée par une vingtaine de comédiens, Hors-Jeu n'a rien à voir avec la 11ème loi du football, mais avec celle du marché de l'emploi, des restructurations d'entreprise, des licenciements collectif, du chômage longue durée et des individus en "fin de droit". C'est l'histoire d'Emile Dumont, un gestionnaire de fortune qui perd son job à 50 ans bien sonnés et dont on suit la chute inexorable, à travers des scènes de la vie quotidienne aux dialogues plutôt bien balancés.

L'acteur : J. Probst
Pour jouer le rôle d'Emile Dumont, dit Milo, un suisse polymorphe : le genevois Jacques Probst. A la fois dramaturge et comédien, celui-ci porte la pièce à bout de bras et m'a littéralement scotché l'oreille au player durant près d'une heure, tellement il gueule, bougonne et picole tout comme la cloche d'en bas de chez moi, un personnage là aussi haut en couleur, qui n'est pas né clochard mais qui l'est devenu, peut-être à la manière de cet Emile Dumont, que l'on découvre en train de feuilleter un journal d'offres d'emploi, puis qui décroche enfin son téléphone pour tenter une nouvelle fois sa chance, mais sans aucune illusion :

- Carrière bancaire à votre service, bonjour !
- Bonjour, je... j'appelle au sujet de votre annonce.
- Vous souhaitez travailler dans le secteur bancaire ?
- Je souhaite poursuivre ma carrière dans le secteur, oui.
- Quel âge avez-vous ?
- ...
- Monsieur ?
- Oui !
- Ah ! j'ai cru qu'on avait été coupé... Quel âge avez-vous ?
- 24 ans.
- 24 ans ! Parfait, magnifique, idéal !
- 24 ans d'expérience ! J'ai une certaine expérience, oui, une expérience certaine, même.
- Oui, bien sûr.
- Et avant mes 24 ans d'expérience, il se trouve que j'ai existé 29 ans, ce qui me fait 53 ans au total, qui ne sont pas venus d'un seul coup, figurez-vous !
- Oui, mais...
- J'ai existé année après année, toutes ces années, et je ne permets à personne de m'en faire le reproche.

Et toc ! Un peu plus tard, revenant bourré du dancing où il a fait la bringue, Emile réveille à 5h00 du matin l'ami qui l'héberge :

- Y te reste du whisky ? Ton malt d'Ecosse ?
- Je bosse, moi ! Je me lève tous les matins pour un salaire minable, et même si ça me plait pas je me force, et tu sais pourquoi ? Parce que je veux me maintenir à flots, rester dans le jeu, voilà pourquoi !
- Le gentil p'tit contribuable ! Si t'es assez con pour perdre ta vie à la gagner, pour t'faire exploiter par des types qui te foutront dehors quand y z'auront plus besoin de toi, ça te regarde.
- Pousse pas le bouchon trop loin !
- Parce qu'y te foutront dehors, au moment où tu t'y attendras le moins... y te balaieront d'un revers de main, en te disant que t'as le plus profil... y te jetteront après usage... y t'écraseront comme une punaise... et le gentil petit contribuable que t'es il aura plus que ses somnifères pour disparaître.

Emile est alors foutu dehors manu-militari, ce dont il a maintenant l'habitude, mais il lui reste encore à découvrir l'univers de la rue... C'est ici :

On peut retrouver l'auteur Olivier Chiacchiari (prononcer Kiakiari) dans une autre émission littéraire de la RTS, Entre les lignes, au cours de laquelle il évoque sa pièce et son acteur principal :

On peut aussi écouter Jacques Probst lire de sa voix éraillée l'un de ses propres textes, La lettre de New-York :

Ou encore celui-ci, sur la musique, contrebasse, piano et batterie, Un trio :

Et enfin, inspiré d'une nouvelle de Julio Cortazar, cet autre monologue sur le destin d'un boxeur argentin, El Torito (lu par Mauro Bellucci) :
http://www.rts.ch/espace-2/programmes/imaginaires/2806587-imaginaires-du-02-01-2011.html#2806588

A noter que les mises en ondes sont particulièrement soignées et toutes signées du réalisateur Jean-Michel Meyer, il convenait de le signaler.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire